jeudi, 12 novembre 2009

C'est la loose !

Sentiment de ces derniers jours. Après cette parenthèse avec Juan ce weekend, dur dur le retour à ma vie monotone de chercheuse-d'-emploi-qu'à-pas-encore-son-permis-et-ce-sera-pas-avant-l'année-prochaine.


Alors oui, j'ai passé un weekend super avec lui. Mais now, le retour sur la terre ferme est dur. Le retour des doutes sur mon avenir, professionnel, amoureux, etc. Sur le où je serais l'année prochaine ? Qu'est-ce que je ferais ? Et ça, ça recommence à me bouffer... Suis en plus en train de cogiter... Genre un stage de janvier à avril, ça veut dire que je risque de ne pas être en Belgique pour passer des entretiens pour des programmes pour lesquels j'ai postulé (assistante de langue française à l'étranger)/vais postuler (le service volontaire de la CTB). Of course, je peux tjs négocier un aller-retour avec l'ONG qui m'accueillera...mais si je dois le faire trop souvent, c'est pas top quand même. Mais en même temps, je peux pas non plus toujours tout postposer, arrêter de me lancer dans des trucs intéressants professionnellement et humainement pour des "si".


Et puis, dernier coup de massue. L'auto-école. Définitivement pas prête à passer le permis cette année. Me proposent le modèle provisoire où je peux conduire seule. Mais pour ça, faudra faire montre d'un peu plus de réactivité et de confiance en moi au cours de dimanche. Apparemment, c'est mon point faible : trop passive et manque de confiance en moi. A surmonter d'ici dimanche pour au moins avoir un début d'indépendance motrice...

20:45 Écrit par mariposa dans Météo mariposienne | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeur, job, snif, doutes, au volant |  Facebook |

mercredi, 14 octobre 2009

Y'en a marre d'attendre !

C'est pas que je sois impatiente, c'est juste qu'il y a un moment où ça devient relou de toujours attendre.


Attendre de savoir si ma dérogation va être acceptée, si je prendrais ce car dans deux semaines direction un stage de trois mois à Madrid. ça va faire une semaine que je l'ai postée, je guette maintenant avec impatience et angoisse l'arrivée du facteur... D'autant plus que la deadline approchant et que je n'ai toujours pas compté l'ong qui m'acceuille pour les prévenir d'une possible annulation (bon, en soi, comme je leur ai envoyé il y a un mois un mail avec la copie du contrat de stage signé et posant des questions pratiques sur mon arrivée et que ce mail est resté sans réponse, pour le coup, je culpabilise pas trop).

Attendre de savoir si mes xièmes candidatures à x jobs ont passé le cap de l'analyse de cv (d'une semaine à un mois voire plus avant d'avoir une réponse et parfois même rien du tout... Quelques honnêtes préviennent quand même que si tu n'as pas de nouvelles dans x jours, ça veut dire que tu n'es pas repris mais que tu dois comprendre qu'au nombre des candidatures reçues ils peuvent pas contacter tout le monde).

Attendre de savoir si t'as réussi l'exam de cette formation. Ah non, ça c'est fini, reçu mon certificat de réussite aujourd'hui ! Yeah !


Bref, là je voudrais juste pouvoir appuyer sur la touche forward. Juste avancer de quelques jours, maximum deux semaines. Histoire de savoir vers quoi me tourner, essayer de plannifier les choses à venir, les étapes à franchir. Et puis, ça m'éviterait d'osciller constamment entre espoir et désespoir, angoisse et attente. Parce que plus que l'attente, c'est sans doute l'incertitude qui me hante et me bouffe mon énergie.

20:25 Écrit par mariposa dans Météo mariposienne | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : stage, job, doutes, grrr |  Facebook |

jeudi, 27 août 2009

Malgré la distance...

Je pensais écrire à nouveau sur Juan, sur ce que je ressentais deux mois après notre rencontre et notre séparation forcée. Mais je me rends compte que la situation est plus ou moins la même que ce que j'en disais .


Ce qu'il y aurait à rajouter c'est une bonne dizaine de mails échangés en plus, encore plus de sms, parfois très longs et toujours superbes, proches de la poésie et quelques coups de fil. Qu'au fil du temps, je suis réellement touchée par ces si jolis messages écrits rien que pour moi, que je commence même à attendre avec impatience. Qu'au fil des mails où j'en apprends un peu plus sur lui et où il m'apporte énormément (confiance et soutien au moment où j'en ai besoin), j'ai juste envie d'en découvrir encore plus.


Mais je sais aussi que la distance induit une espèce d'idéalisation. J'ai peut être tendance à me méfier un peu trop, à rester un peu en recul face à ses démonstrations. Sans doute par peur d'une nouvelle déception. Peut être par simple prudence. Car quoi de plus irréelle, d'intangible qu'une relation à distance basée sur quelques instants fugaces ?Je nage entre m'accrocher à lui, à son souvenir, et garder une certaine distance.


Une chose est cependant certaine. Si j'étais là-bas ou lui ici tout serait plus clair dans ma tête...

11:15 Écrit par mariposa dans Amor Amor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doutes, amor amor, juan |  Facebook |

mercredi, 26 août 2009

Sur la bonne voie !

Yipee ! Dernièrement, j'ai l'impression d'avoir fait pas mal de progrès niveau conduite. Je crois que je ne suis cependant pas encore prête à repasser à l'auto-école pour le fameux papier qui me permettrait de parfaire mon apprentissage en conduisant seule.


Trop de stress et de doute. En ville surtout. Où il me semble que la situation peut basculer d'une seconde à l'autre. Parce que les manoeuvres sur parking, j'aime encore bien. Parce qu'en dehors de la circulation, il ne faut plus s'attendre au pire venant des autres et de soi. Parce que c'est un peu comme un défi, un casse-tête logique : Comment faire rentrer sa voiture entre les piquets (hé oui, pour l'instant le test en real life avec deux vraies voitures n'est pas d'actualité... je m'en sors bien ms il m'arrive encore de les froler !).


Même ma mère est un chouia plus à l'aise quand on va conduire. Jamais plus d'un quart d'heure-vingt minutes d'un coup. Au délà, elle stresse trop mais elle reconnait que son stress est un peu excessif car je m'en sors plutôt bien. Mais bon, il faut dire que l'on fait aussi toujours plus ou moins le même trajet. De la maison au parc à conteneurs.


Bref, la route est encore longue jusqu'au permis mais au moins j'avance !

13:30 Écrit par mariposa dans Mariposa au volant | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : doutes, au volant |  Facebook |

lundi, 10 août 2009

Pif Paf Pouf - color version

Ça pourrait être un bon résumé de comment je me sens, là, maintenant. Ou un manque total d’inspiration pour dénommer ces quelques mots, jetés sur ce clavier à cet instant T. Ça dit tout et rien de ce qui est à venir. Mais c’est parfois le rien qui dit tout…

 

En bref, petit pêle-mêle des derniers jours.

 

Beaucoup de doutes. Est-ce vraiment un bon choix, ce stage en Espagne ? Me suis aperçue que la bourse est un chouia plus basse que ce que je pensais. Et après calculs, même si ce n’est pas infaisable, il faudra faire attention à chaque cent…et avoir un peu de chance pour le logement. Mais je crois qu’au fond, l’envie est plus forte que les doutes et la peur et que l’aventure en vaut la chandelle…

 

Un ras-le-bol. Marre de végéter. Quand tu postules pour un job qui correspond à ton diplôme, ton profil, on te dit non parce que t’as pas assez d’expérience. Quant tu postules un peu en dessous, on te dit non aussi. Et dans ce cas-là, on m’a sorti tout récemment qu’on avait peur que je finisse par m’ennuyer dans un job qui serait en dessous de mes capacités. Bon, d’accord, peut-être. Mais ici, le problème était surtout que vu l’investissement mis dans le futur candidat (6 mois à 1 an de formation), ne serait-ce pas plutôt peur de perdre cet investissement, de perdre son temps ? Tout à fait légitime, je vous l’accorde, mais alors qu’on ne me serve pas une excuse bidon !

 

Et pis, même quand t’arrives à bosser quelques jours, faut encore se battre pour toucher son salaire. Et vui. Avais bossé comme hôtesse 3 jours en juin. Paiement prévu fin juillet selon contrat. 10 août et toujours rien sur mon compte. Ai envoyé quelques mails pour savoir ce qu’il en était toute la semaine passée. On m’a d’abord dit que les paiements avaient été effectué le 31, que ça allait donc arriver. Plus tard, que la comptable était en congé et donc qu’il fallait attendre son retour pour voir de quoi il retournait (retour prévu pour aujourd’hui, ndlr). Et là, nouveau mail today. J’attends.

 

Des slaloms en marche arrière. Eh oui, ma bonne dame. Une idée de mon oncle, inspirée par mon cousin. Pour que je saisisse dans quel sens va la voiture en marche arrière. Résultat pas trop mal au final. Créneau presque ok… Faut juste que j’ajuste la vitesse de la voiture à la vitesse à laquelle je tourne le volant. C’est marrant, mais finalement je crois que je préfère les manœuvres à la conduite sur route. Le côté challenge, la concentration et l’absence de danger public sur mon chemin !

 

Un petit tour à l’événement festif du weekend dans la région : la braderie de G. Mais qu’est-ce qu’il faisait froioioid ! Sentiment bizarre : cela faisait bien trois ans que je n’y étais plus allée because le voyage au Zimbabwe en 2007 et mon Service Volontaire Européen en Espagne en 2008. Bizarre, à la fois en terrain connu mais différent, changé. Est-ce moi, les gens, l’événement, la ville qui a changé ?

 

Et pour finir rouge. M’étais offerte un superbe jupe achetée sur un stand du souk du festival Esperanzah ! . Rouge, la jupe. Et malgré les précautions de Maman-Mariposa qui ne lave du rouge qu’avec des couleurs similaires, la jupe a déteint. Sur mon tee-shirt rose de pijama (pas très grave, il a juste une couleur plus soutenue qu’avant, ce qui n’est pas plus mal) et le tee-shirt de Petite Sœur qui m’en veut à mort… OOOps !

 

20:26 Écrit par mariposa dans Météo mariposienne | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humeur, en vrac, job, doutes |  Facebook |

vendredi, 24 juillet 2009

J'ai des doutes

Alors que la plupart du temps je suis super enthousiaste sur ce projet de stage en Espagne (jecroiselesdoigts, jecroiselesdoigts), par moment j'avoue, je doute.


Je doute car c'est me relancer pour encore quelque temps sur la grande voie de l'instabilité. Et après ces trois mois ? Retour à la case départ ? Autre stage ? Enfin un job en Belgique ? Ou en Espagne ? En même temps, il est clair pour moi que cette aventure, c'est maintenant qu'elle est possible. Pas dans 5 ans !


Je doute pcq j'ai un peu la trouille de tout recommencer. Pcq j'ai déjà vécu cette situation l'année passée mais avec nettement plus de sécurité. L'encadrement du SVE, un appart' que je ne devais pas chercher, d'autres volontaires à rencontrer. Là, ça va être le grand saut dans l'inconnu. Mais je sais aussi que je suis plus armée face à tout cela. Pour être déjà passé par là, pour avoir maintenant un niveau plus que suffisant en espagnol pour pouvoir faire face, seule, aux imprévus et autres contrariétés.


Je doute quand je pense à la réaction de mon entourage. Mon père va sûrement encore me dire que c'est une folie, qu'à 25 ans (dans une semaine) il serait temps que je trouve un vrai boulot avec un vrai salaire.


Je doute mais l'aventure me tente. Elle est d'ailleurs déjà bien engagée. Je doute mais je trépigne d'impatience à l'idée de refaire mes valises et de revivre, je l'espère, une expérience inoubliable.


Je doute... mais c'est ce qui nous fait avancer, non ?

20:02 Écrit par mariposa dans Un stage en Espagne ? | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stage, doutes |  Facebook |

samedi, 11 juillet 2009

Juan

Parce que pour ceux qui ont suivi le looong récit de mes cinq jours à Logroño fin juin, ils savent que j'ai passé presque tout le we avc lui (oserai-je dire dans ses bras?) et c'est à peu près tout !


Alors voilà. Juan est un ami d'un ami, près de 40 ans, militaire, de retour d'une mission en Somalie quand on s'est rencontré (pr ceux qui l'aurait loupé, c'est ici). Ce qui s'est passé entre nous, je ne l'ai pas recherché, je l'ai laissé se produire. Et au final, c'était très bien... Une bonne surprise somme toute.


Pr le reste... Etonnament, il a insisté sur les deux jours qu'il me restait pour que l'on passe un max de temps ensemble (si je l'avais écouté, je n'aurai pas participé à la soirée Couchsurfing du samedi). Jusqu'à faire des projets pour la prochaine fois que je viendrais... (ce qui ne saurait être avant octobre, question financière et de timing vu que tous mes we de septembre, je les passerai en formation). Au point de m'envoyer un sms une heure aps mon départ de Logroño pr me dire que je lui manquais déjà. Et depuis mon retour (moins d'une semaine quand même), il m'a déjà envoyé deux mails et un sms ! Et joliment écrits en plus !

Je ne sais que croire, qu'en penser... Sont-ce juste des mots, un embrassement subit de sa part et qui s'éteindra avc le temps et la distance ?


Pr ma part, j'ai passé de bons moments avec lui et je sais mnt par expérience que la distance et le tps peuvent changer bcp de choses... Je prends dc les choses comme elles viendront. C'est un chouette gars et j'espère donc que l'on restera en contact. Je ne serais pas contre passer un nouveau we comme celui que l'on a connu il y a bientôt deux semaines... et à faire un petit bout de chemin avec lui. Encore faut-il que nous puissions faire coincider nos présences en Espagne...vu qu'apparemment j'arriverai peu aps son départ pour sa prochaine mission.

Et d'un autre côté, le coté rapide ,un cadeau après à peine qqs heures afin que j'ai qqch qui me le rappelle, son appel le samedi soir pour que je le rejoigne aps ma soirée Couchsurfing, le sms, peu de temps aps mon départ, les nombreux compliments et toutes ces choses , ces endroits qu'il voudrait me montrer la prochaine fois... ça me fait énormément plaisir et en même tps, pfs, ça me donnerait envie de reculer... N'est ce pas un peu rapide ?


Bref, je ne fais pas de plan sur la comète, je prends les choses comme elles viennent, comme elles se présenteront. L'avenir seul nous dira ce qu'il en sera. Et puis, bcp de choses peuvent se passer d'ici là... Qui vivra verra

19:30 Écrit par mariposa dans Amor Amor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doutes, amor amor, juan |  Facebook |