lundi, 09 novembre 2009

Impressions

...de ce weekend intense avec Juan à Logroño.

 

 

Incroyable ! Première fois que je me suis sentie mal en avion... Pour moi qui souffre du mal des transports, l'avion était jusqu'il y a peu le seul moyen de transport pour lequel j'y avais jusque là échappé. Même lors de la presque vingtaine d'heures entre Londres et Johannesburg, rien senti. Mais là, j'avoue, le décollage et l'atterissage de vendredi, j'ai eu du mal. Au point que j'avais absolument besoin de prendre l'air en attendant que Juan vienne me chercher à l'aéroport... La faute au Fristi bu avant le départ sans doute. Ai pas pu m'empêcher de penser à ma maman qui m'aurait dit que boire un Fristi avant de prendre l'avion/le bateau/et même la voiture, c'était pas du tout une bonne idée.

Première fois aussi que je voyageais, à l'aller, tout au fond de l'avion, et au retour, tout devant. D'habitude, je me mets plutôt au milieu... Pas l'impression que ça change grand-chose, peut-être est-on un peu plus secoué à l'arrière quand même. Ah oui, seule différence, c'est que tout devant avec Ryanair, on plus de place pour étendre ses jambes...mais on est obligé de déposer sacs à main, vestes et autres "bagages" dans les porte-bagages au dessus de nos têtes (sorry, je reviens pas sur le nom de ces choses).

Et pour clore le chapitre avion, encore première fois que j'atterissais de nuit...et là, faut avouer, que une fois que l'on commence à descendre le spectacle des lumières est tout à fait magnifique... (quoique le paysage est sympa aussi de jour autour de Zaragoza Clin d'oeil).

 

Petites déceptions du weekend : Juan qui devait travailler samedi et dimanche... Deux heures le dimanche et un peu plus le samedi. Ai profité de ces heures pour faire la grasse mat', regarder un peu la télé, et terminer Mille soleils splendides moins de 24h après l'avoir commencé (faut quand même dire que j'en avais lu plus de la moitié dans l'avion et à l'aéroport).

La météo, totalement exécrable. Températures plus que correctes, le temps était relativement doux... entre les averses et les coups de vent plus que nombreux. C'est bien simple, à couper toute envie de mettre le nez dehors. D'ailleurs, plus de 40 provinces espagnoles étaient en alerte orange ce weekend...

Et donc, un peu décevant, quoique...Langue tirée , de Logroño, je n'ai pas vu grand-chose ce weekend, vu que je ne suis pas sortie de l'appart' de Juan entre vendredi soir après avoir été mangé un bout au Drunken Duck (plus connu localement sous le nom de Pato Borracho, lol) et le dimanche après-midi, heure du départ pour Santander. Déçue de ne pas avoir mis les pieds à la Gran Vía, la Portales ou la Laurel et la San Juan. Mais en même temps, la Laurel ou la San Juan, de bar en bar, sous la pluie et le vent, c'est déjà beaucoup moins amusant.

 

Petits coup de coeur : Juan, of course, qui a été génial pendant tout le weekend ! Venir me chercher à Zaragoza vendredi soir et me ramener dimanche à Santander (ce qui au final lui a fait 4h de route le vendredi ET le dimanche + les péages à payer à l'aller et au retour). Touché, aussi du simple fait que j'ai pris l'avion pour venir le voir pour un weekend. Des plans pour ma prochaine visite : aller voir San Sebastian et y passer un jour ou deux, retourner dans le resto où il m'avait emmené en juin... Pas fait cette fois parce que le timing était trop serré cette fois entre son retour du boulot dimanche matin et le départ pour Santander dans l'après-midi.

Coup de coeur pour les paysages traversés entre Logroño et Santander. Les vignes aux couleurs de l'automne tout le long de l'autoroute entre la Rioja et le Pays Basque. Les montagnes. Longer la mer, déchainée, depuis les hauteurs, et voir ces vagues passer au-dessus de la digue (alerte orange, hein, ce fut impressionnant !). ça me fait la même chose à chaque fois. Que ce soit entre Zaragoza et Logroño, Bilbao et Logroño, Barcelone et Logroño ou cette fois Santander et Logroño, je tombe à chaque fois in love de ces paysages...

Et puis, coup de coeur pour Logroño... Même si je n'en ai pas vu grand-chose cette fois... Aperçu l'ancien appart' des volontaires d'Inter Europa, lieu de tant de bonnes soirées, dîners, adieux aussi parfois. Et ces rues aux alentours où je me suis promenée tant de fois. Une partie du chemin pour aller à l'université que j'ai emprunté presque quotidiennement pendant un mois à la fin de mon SVE pour l'Olimpiada Solidaria de Estudio. Ce pont qui permet de relier à pied le complexe cinématographieque sur lequel nous avions pris des photos il y a un peu moins d'un an, de retour d'une séance et sur le chemin d'un bar où prendre une tite bière avant de rentrer... Et donc inévitablement et comme à chaque nouveau départ, la petite larme au coin de l'oeil en quittant cette ville où j'ai vécu tant de choses...

 

vendredi, 06 novembre 2009

Logroño, me voilà !

A l'heure où vous lirez ces lignes, je serai en train d'embarquer dans l'avion qui m'emmenera passer le weekend à Logroño. Ville du nord de l'Espagne où j'ai passé neuf mois l'année passée. Ville que j'adore. Et où je retourne pour la deuxième fois depuis mon départ...


Petit weekend sous des cieux un chouia plus cléments que le ciel belge... Quoique. La différence, positive, de température, ne devrait pas dépasser les 5 degrés. Mais c'est pas pour le climat que j'y vais. Plutôt pour voir Juan et passer ces deux jours avec lui. Stress et impatience mêlée. Vivement que cet avion atterisse et que l'on se retrouve !


Bon weekend à vous tous...où que vous soyez dans le monde !

jeudi, 27 août 2009

Malgré la distance...

Je pensais écrire à nouveau sur Juan, sur ce que je ressentais deux mois après notre rencontre et notre séparation forcée. Mais je me rends compte que la situation est plus ou moins la même que ce que j'en disais .


Ce qu'il y aurait à rajouter c'est une bonne dizaine de mails échangés en plus, encore plus de sms, parfois très longs et toujours superbes, proches de la poésie et quelques coups de fil. Qu'au fil du temps, je suis réellement touchée par ces si jolis messages écrits rien que pour moi, que je commence même à attendre avec impatience. Qu'au fil des mails où j'en apprends un peu plus sur lui et où il m'apporte énormément (confiance et soutien au moment où j'en ai besoin), j'ai juste envie d'en découvrir encore plus.


Mais je sais aussi que la distance induit une espèce d'idéalisation. J'ai peut être tendance à me méfier un peu trop, à rester un peu en recul face à ses démonstrations. Sans doute par peur d'une nouvelle déception. Peut être par simple prudence. Car quoi de plus irréelle, d'intangible qu'une relation à distance basée sur quelques instants fugaces ?Je nage entre m'accrocher à lui, à son souvenir, et garder une certaine distance.


Une chose est cependant certaine. Si j'étais là-bas ou lui ici tout serait plus clair dans ma tête...

11:15 Écrit par mariposa dans Amor Amor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doutes, amor amor, juan |  Facebook |

jeudi, 23 juillet 2009

ça m'inquiète...

Elle est in love de lui. Il est déjà pris. Il l'a titillé et elle a craqué suite à ses nombreuses avances (oserai-je dire qu'il l'a travaillé au corps?). Si il n'avait pas autant insisté, elle n'aurait jamais craqué. Je n'en sais pas beaucoup plus pcq elle n'est pas prête à en parler. Cette histoire, c'est contre ces principes. Elle a craqué et ne peut plus, ne veut plus revenir en arrière. Même si cette histoire la fait parfois souffrir, je crois que pour le moment cette souffrance lui est moins pénible que celle de faire une croix sur lui.


Et moi, je la soutiens mais j'ai peur. Pour elle. Que si un jour cela se termine (mal), si ce n'est pas elle qui prend la décision d'y mettre fin, elle ne soit à ramasser à la petite cuiller. Ce que je lui ai dit d'ailleurs.  Bien sûr, c'est un risque qui fait partie de toute histoire. Mais, dans une histoire comme celle-là, les happy end me semblent peu probables... ce qui ne m'empêche pas de le lui souhaiter de tout coeur.


Alors, j'espère. J'espère qu'elle croisera le regard de qqn qui pourra le lui faire oublier. Ce qu'elle ne peut pas, ne veut pas faire pour l'instant. Et c'est ça qui me fait vraiment peur. Pour elle.

19:54 Écrit par mariposa dans Amor Amor | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amor amor, ma best |  Facebook |

samedi, 11 juillet 2009

Juan

Parce que pour ceux qui ont suivi le looong récit de mes cinq jours à Logroño fin juin, ils savent que j'ai passé presque tout le we avc lui (oserai-je dire dans ses bras?) et c'est à peu près tout !


Alors voilà. Juan est un ami d'un ami, près de 40 ans, militaire, de retour d'une mission en Somalie quand on s'est rencontré (pr ceux qui l'aurait loupé, c'est ici). Ce qui s'est passé entre nous, je ne l'ai pas recherché, je l'ai laissé se produire. Et au final, c'était très bien... Une bonne surprise somme toute.


Pr le reste... Etonnament, il a insisté sur les deux jours qu'il me restait pour que l'on passe un max de temps ensemble (si je l'avais écouté, je n'aurai pas participé à la soirée Couchsurfing du samedi). Jusqu'à faire des projets pour la prochaine fois que je viendrais... (ce qui ne saurait être avant octobre, question financière et de timing vu que tous mes we de septembre, je les passerai en formation). Au point de m'envoyer un sms une heure aps mon départ de Logroño pr me dire que je lui manquais déjà. Et depuis mon retour (moins d'une semaine quand même), il m'a déjà envoyé deux mails et un sms ! Et joliment écrits en plus !

Je ne sais que croire, qu'en penser... Sont-ce juste des mots, un embrassement subit de sa part et qui s'éteindra avc le temps et la distance ?


Pr ma part, j'ai passé de bons moments avec lui et je sais mnt par expérience que la distance et le tps peuvent changer bcp de choses... Je prends dc les choses comme elles viendront. C'est un chouette gars et j'espère donc que l'on restera en contact. Je ne serais pas contre passer un nouveau we comme celui que l'on a connu il y a bientôt deux semaines... et à faire un petit bout de chemin avec lui. Encore faut-il que nous puissions faire coincider nos présences en Espagne...vu qu'apparemment j'arriverai peu aps son départ pour sa prochaine mission.

Et d'un autre côté, le coté rapide ,un cadeau après à peine qqs heures afin que j'ai qqch qui me le rappelle, son appel le samedi soir pour que je le rejoigne aps ma soirée Couchsurfing, le sms, peu de temps aps mon départ, les nombreux compliments et toutes ces choses , ces endroits qu'il voudrait me montrer la prochaine fois... ça me fait énormément plaisir et en même tps, pfs, ça me donnerait envie de reculer... N'est ce pas un peu rapide ?


Bref, je ne fais pas de plan sur la comète, je prends les choses comme elles viennent, comme elles se présenteront. L'avenir seul nous dira ce qu'il en sera. Et puis, bcp de choses peuvent se passer d'ici là... Qui vivra verra

19:30 Écrit par mariposa dans Amor Amor | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : doutes, amor amor, juan |  Facebook |

jeudi, 02 juillet 2009

El finde que no me esperaba... - Part two

(Le we auquel je ne m'attendais pas...)

 

Dimanche.

Croissants au petit dej. Mmmmh. Et puis vers 13h30, je rentre l'appart, histoire de rendre les clefs à Jana et de prendre une douche et me changer avant le resto. Vers 14h30, Juan passe me prendre. On part dans un petit village de la Rioja Alavesa près de Laguardia et San Vicente de la Sierra. L'occasion pour moi de me remplir les yeux de ces paysages magnifiques... Si je ne suis pas riojana de souche, de coeur, je le suis après ces neuf mois ! L'occasion aussi d'apprécier, pour moi qui apprend à conduire, la maîtrise des espagnols dans ces petites rues étroites de village ! Le temps de trouver le restaurant-bodega où il nous avait réservé une table et nous voilà dans la cave à essayer de choisir le vin qui accompagnera notre diner... Finalement, nous laisserons le serveur nous guider dans notre choix.

Super diner. Tant au niveau du contenu de l'assiette (solomillo (steak), frites et poivrons (j'adooore cmt ils préparent les poivrons en Espagne, un vrai régal), suivi d'une assiette de dessert (sorbet à la pomme, un gateau proche du flan et une autre patisserie) à tomber, un café et un dernier sorbet à la mandarine). Ensuite petit tour dans les environs pr me montrer quelques beaux paysages du coin... vite abrégé car malheureusement je tombais de sommeil... Retour chez lui donc jusque 21h.


Après quoi je suis rentrée à l'appart, histoire de passer un peu de temps avec les filles avant mon départ le lendemain matin... Et un dernier café au parque de la Merced avec Jana. Histoire de faire le point sur nos we ;) .

Et le compte à rebours pour le retour est déjà lancé...En pleurs

21:45 Écrit par mariposa dans Logroño, La Rioja, España | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amor amor, juan, logrono |  Facebook |

El finde que no me esperaba... - Part one

(le we auquel je ne m'attendais pas...)


Samedi.


Réveil tardif, comme vous vous en doutez ;) . Le temps d'une douche rapide et nous voilà parti dans un bar tout proche où Juan avait rdv avc le gars qui lui loue son garage (et vui, en ville, en Espagne, la majorité des gens loue une place de garage dans un parking souterrain attenant à l'immeuble dans lequel il vit ou à proximité). Le temps de papoter avec cet ami et nous voilà enfin parti pr diner (il était passé 17h) au Pato Borracho (The Drunken Duck, en fait ms les espagnols le traduisent toujours). Des espèces de frites de poulet (je vois pas cmt le décrire autrement) avc une sauce à la moutarde. Mmmh. Ensuite direction le supermarché afin de remplir son frigo (venait de rentrer de mission la veille) et retour à son appart pr ranger tout ça.


Entretemps, avais décidé de l'abandonner pr la soirée, Lara m'ayant invitée à la rejoindre pr une soirée Couchsurfing à la Laurel. Dc on passe la fin d'après-midi ensemble et vers 20h30, je rentre à l'appart me changer pr la soirée.


A peine arrivée au rdv avec Lara, je reçois déjà un sms de Juan. Me disant de l'appeler à la fin de ma soirée, qu'il passera me prendre car il veut m'emmener manger demain dans un endroit très spécial...

Soirée Couchsurfing parfaite. Un petit groupe de 6 parti de pinchos à la Laurel, 3 riojanos, un costa ricain et sa femme originaire de New-York, une américaine et moi. ça m'épate toujours à quelle allure on en vient à se raconter nos vies lors de ces soirées... Après trois pinchos différents (patatas bravas, brochette de fruits de mer et la zapatilla) et une petite glace en dessert, nous nous rendons alors à la petite fête organisée par Ben, un couchsurfer américain qui enseigne l'anglais à Logroño. Soirée qui s'achevera donc autour de quelques verres de vin, sur une terrase avec une vue incroyable, à discuter de tout et de rien sur fond de guitare et de chant... J'adore les soirées comme ça ! L'occasion de revoir Marcos, un américain rencontré qqfois lors de soirées couchsurfing et qui enseigne aussi l'anglais à Logroño. Comme d'habitude et à sa demande nous avons parlé en français... quand il ne jouait pas de la guitare ;) . Une vraie soirée couchsurfing à jongler entre l'espagnol, l'anglais et le français !


Vers 2h du matin, notre petit groupe décide de rentrer. Après les embrassades et au revoir au pied de l'immeuble de Ben, je me dirige accompagnée de Lara vers l'appart de Juan...que je n'aurais pas retrouvée sans son aide ! Et je passerai une nuit de plus dans ces bras...