mardi, 09 juin 2009

Mon SVE

Voilà, comme promis, je viens de vous poster mon article sur mon expérience de volontaire européenne. Cela fait maintenant deux semaines que je l'ai envoyé à mon organisation d'envoi en Belgique, mais je n'ai eu aucun retour de leur part jusqu'à présent. Donc, peut être n'est-ce pas la version définitive mais en tt cas c'est une exclusivité lol !

20:02 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : temoignage, sve |  Facebook |

MI VIDA ESPAÑOLA

Neuf mois de Service Volontaire Européen à Logroño dans une ONGD espagnole, COOPERA. Une expérience enrichissante, inoubliable et qui m’a transformée.

 

Partir

 

Tout a commencé par un article dans le journal évoquant le SVE. L’objectif de ce programme européen m’a tout de suite plût : permettre à des jeunes de vivre une première expérience professionnelle en tant que volontaire couplée à une immersion totale dans la culture et la langue du pays, quelle merveilleuse idée !

Encore fallait-il trouver un projet qui m’intéressait, être acceptée par l’organisation d’accueil et recevoir l’aval du comité en charge de l’acceptation des projets. Après quelques mois d’attente, d’espoirs parfois déçus et une trentaine de mails envoyés dans tous les coins de l’Europe, ma patience fut finalement récompensée : le projet qui avait ma préférence m’acceptait. A partir de là, l’aventure pouvait commencer…

 

Volontaire Européen ?

 

Etre un volontaire européen signifie plusieurs choses.

 

Tout d’abord, en tant que volontaire, nous ne recevons pas de salaire en échange de notre travail mais une somme fixée à l’avance en fonction du pays d’accueil et servant à couvrir nos frais courants et un peu d’argent de poche. Le premier apprentissage du volontaire est donc la gestion de son budget. Pas toujours évident avec 250 euros par mois, mais on s’en sort !

 

Et puis, il y a l’échange interculturel. Parfois plus direct, à travers des questions et une certaine curiosité des uns et des autres à propos de notre pays, notre culture, l’organisation de la vie quotidienne, mais aussi indirecte à travers toute les petites choses du quotidien. J’ai souvent ressenti dans mon organisation d’accueil, une envie, un besoin que je leur raconte mon pays, que je leur fasse découvrir des spécialités bien de chez nous. Et ce mouvement est aussi réciproque : ils n’hésitaient pas à m’emmener de ci de là pour me faire découvrir telle ou telle coutume ou spécialité et à m’insérer dans la vie quotidienne en dehors de l’organisation.

 

Sans oublier les nombreux volontaires européens rencontrés lors des formations à l’arrivée et intermédiaire. Des moments d’échanges, de découvertes et de soutien. Qui permettent d’appréhender à travers une semaine où l’on vit ensemble ce qui nous rassemblent, malgré nos cultures différentes, de réfléchir sur ce que l’on vit et de partager les bons et les mauvais côtés de la vie de volontaire.

 

Mon travail à COOPERA

 

COOPERA est une ONGD dont le siège principal se trouve à Logroño, capitale de la Communauté Autonome de La Rioja. En tant qu’ONGD, ses activités se regroupent en deux branches.

Tout d’abord la coopération au développement à travers des programmes mis en place avec le soutien d’associations locales au Guatemala, Mexique, Pérou, Congo, Angola et à Jérusalem entre autres. Des projets qui visent essentiellement les enfants, les jeunes et les femmes à travers des programmes de formation et de santé.

Il y a ensuite les activités de sensibilisation comme les expositions « Mira y piensa » qui regroupent des photos et des objets illustrant la vie quotidienne au Mexique et en Angola. Ainsi que les Olympiades d’Etudes Solidaires© organisées en 2008 dans 12 pays et via lesquelles, pour chaque heure d’étude effectuée par un étudiant dans une salle accréditée des sponsors versent un euro pour un projet de développement. A titre indicatif, pour l’année 2008, 252 064 euros ont ainsi été collectés grâce à la participation des étudiants.

 

Tout au long de ces neuf mois, j’ai donc eu l’occasion de me familiariser avec le fonctionnement quotidien d’une ONGD et des différentes tâches nécessaires à celui-ci. Parmi mes « réalisations », j’ai traduit de nombreux documents pour les projets au Congo, j’ai rédigé des powerpoints et différents documents en espagnol, je me suis chargée de la commande et de l’achat d’un ordinateur portable pour un partenaire congolais, j’ai contrôlé les heures d’étude des Olympiades, créé une page sur Facebook, participé à l’installation des expositions dans différentes villes et villages de La Rioja, apporté un coup de main à la Coordinadora de ONG de La Rioja, participé à un festival techno dont les bénéfices ont été reversé à un projet au Sénégal…

 

Bref, j’ai touché un peu à tout. C’est cela aussi, être volontaire.

 

Toros, siesta y fiesta

 

Avant mon départ, j’ai entendu beaucoup de choses sur l’Espagne et les Espagnols. Certaines vraies, d’autres non. Petit tour d’horizon des choses qui m’ont amusée, étonnée voire parfois carrément déroutée.

 

La chose la plus difficile à assimiler est l’horaire de travail. 9h-19h avec une pause de midi de 2h, généralement de 14h à 16h. Cette coupure dans la journée, que l’on pense de premier abord plus que bienvenue, se fait parfois pesante. En effet, entre 14 et 16h, tous les commerces sont fermés (à l’exception des supermarchés) et il n’y a pas un chat dans les rues.  Ce qui ne signifie pas pour autant que tout le monde fait la sieste ! Cliché international s’il en est.

Plus déroutant encore est l’horaire dit intensif du vendredi et de l’été, où l’on travaille de 9h à 15h, sans pause de midi !

 

Les Espagnols sont en général d’un premier abord facile. Il est assez aisé de se faire des amis d’une soirée mais il est parfois plus difficile de créer des liens durables. Le « Te llamo » ne signifie pas toujours que l’on vous rappellera !

Ne vous choquez pas à l’utilisation du « tú » constante. Bien que les professeurs d’espagnol nous enjoignent à l’utilisation du « usted » (forme polie) pour s’adresser à des inconnus ou des personnes plus âgées entre autres, dans la pratique, il ne s’utilise pas souvent. Il m’est même arrivé de me faire apostropher par des commerçants par ces mots : cariño, preciosa… Une proximité, familiarité qui s’exprime autant dans le vocabulaire que dans les gestes.

 

Non, tous les Espagnols ne sont pas fans de corridas. Mais il est incontestable que les lâchers de taureaux dans les villes et villages font partie intégrante de la tradition, les San Fermines de Pampelune restent cependant le lâcher le plus impressionnant et le plus extrême.

 

 

Un développement personnel

 

Au-delà des aspects festifs, rigolos ou anecdotiques de ces neuf mois, cette expérience m’a indéniablement fait grandir. Se retrouver loin de chez soi, de sa famille, de ses amis, de ses repères est en soi un challenge formidable. Pouvoir se débrouiller seul dans un pays qui n’est pas le vôtre, dans une langue dont vous ne maîtrisez pas toutes les nuances, vous rend forcément plus fort pour affronter la vie.

 

D’un naturel plutôt timide et pas toujours très sûre de moi avant cette expérience, le fait d’avoir réussi des choses en espagnol qui m’apparaissaient avant difficiles en français, m’a indéniablement affranchi de cette timidité. J’ose aujourd’hui certaines choses que je n’aurais même pas rêvées avant. Je me suis ouverte à des horizons que je n’envisageai pas.

 

Une expérience européenne comme celle-là vous ouvre inévitablement au monde. J’ai maintenant des amis dans à peu près tous les pays d’Europe et leur rencontre, la découverte de leur culture m’a donné l’envie de ne pas m’arrêter là. Il y a derrière chaque personne que nous rencontrons un monde à découvrir qui ne peut que nous enrichir mutuellement.

 

Et maintenant ?

 

Cela fait maintenant quelques mois que je suis rentrée d’Espagne. Avec des souvenirs plein la tête, quelques chansons espagnoles sur mon mp3 et une très forte envie de repartir. Un peu de nostalgie parfois mais la force aussi d’avancer.

 

J’ai vécu des moments superbes, des moments difficiles, souvent forts en émotion. Je peux dire que je ne regrette rien de cette expérience. Ou peut-être si. Que ces neuf mois soient passés si vite.

 

Comme je l’ai déjà dit ce fut une expérience superbe, pleines de rencontres, de doutes, de découvertes, de dépassement de soi. Une expérience européenne où l’on prend pleinement conscience de tout ce qui nous rapproche malgré quelques différences, somme toute bien insignifiantes.

 

 

20:00 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : friends, et moi et moi et moi, espana, logrono, sve |  Facebook |

dimanche, 16 novembre 2008

Les Olympiades d'Etude Solidaires

Et vui, ce machin, c'est entre autre ce qui m'a tenue éloignée de ce blog... ça plus une énorme traduction français-espagnol.

 

Alors, les Olympiades d'Etude Solidaires, c'est l'activité phare de Coopera en ce qui concerne la sensibilisation. ça se déroule du 5 novembre au 5 décembre dans les 12 pays suivants : Espagne (of course), Belgique, Italie, Allemagne, Suède, Slovènie, République Tchèque, Lettonie, Lituanie, Burundi, Côte d'Ivoire et Brésil. Elle vise les étudiants de 12 à 26 ans (plus ou moins, ce n'est pas limitatif) et pour chaque heure d'étude qu'ils réalisent ds les salles habilitées, nos "sponsors" ou "parrains" apportent un euro pour un projet éducatif dans le Sur. Une manière de les sensibiliser à ce qu'il se passe ailleurs, à la chance qu'ils ont de pouvoir étudier et de se montrer solidaire en apportant ce dont ils disposent : leur temps libre et leur motivation. Pour plus d'infos, cliquez ici .

 

Et j'ai donc passé quelques heures cette semaine à la bibliothèque de l'université à contrôler les heures d'étude des étudiants... Parfois un peu ennuyeux et long lorsqu'il n'y a personne ms dans l'ensemble très sympathique. Les étudiants m'ont l'air motivé (je suis tjs épatée lorsqu'il y en a qui m'annoncent qu'ils vont étudier 5 heures Surpris ) et je suis tjs morte de rire quand ds un groupe, il y en a qui s'inscrit et poussent les autres à s'inscrire aussi...

Bref, mis à part que mon horaire est parfois un peu rallongé par ces heures à l'univ', je suis plutôt contente de ma maigre contribution à ce super projet.

18:15 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : olimpiada, sve, coopera |  Facebook |

mardi, 28 octobre 2008

Rascafria-Segovia : Formation intermédiaire du SVE

Avec plus d'un mois de retard, voici le récit de ma dernière formation de SVE en Espagne... Bé oui, le SVE c'est pour le moins 4 formations : une dans le pays d'origine avant le départ (bé oui pcq aps forcément on y est plus), une à l'arrivée dans le pays d'acceuil, une à la moitié du projet et une dernière au retour... Ce qui siginifie à chaque fois de 2 jours à 1 semaine tout frais payés. Avec des activités plus ou moins intéressantes et des soirées....


Donc, du 23 au 27 septembre, nous étions en formation à Rascafria (Communauté autonome de Madrid) et comme son nom l'indique, à Rascafria, hé ben, il fait froid ! sisisi. Nous ? Une quarantaine de volontaires européens (slovènes, français, grecs, belges, italiens, anglais, irlandais, croates, allemands, autrichiens, tchèques,... toute l'Europe quoi !) en Espagne depuis deux mois à presque neuf mois. Je dois avouer qu'au départ, je n'avais aucune envie d'aller à cette formation... Malgré la perspective de revoir quelqu'uns des volontaires rencontrés lors de la précédente. Je m'attendais de nouveau à de longues séances un peu (beaucoup) barbantes et des soirées très animées.


Et au final, ce fut une semaine vraiment très chouette ! En petits groupes d'une dizaine de volontaires, nous nous sommes vu proposés des activités afin de réfléchir sur nos projets en Espagne, sur ce que  nous pouvions encore améliorer, changer, sur nos projets d'avenir, etc. Nous avons pu partager nos expériences, comparer notre premier mois en Espagne (souvent foireux) et découvrir les différentes régions d'Espagne où chacun développe son projet.


Entre la soirée interculturelle, la soirée "open spaces" où chacun est libre de proposer une activité, les soirées dans le bar tout proche de l'auberge de jeunesse où nous logions et notre après-midi à Ségovie, ce fut tout simplement super...

Après-midi à Ségovie qui s'est terminée par une soirée au restaurant et par le plat typique de la région apparemment le "cochinillo" ou cochon de lait en français... Très bon même si nous fumes plusieurs à regretter qu'il ne l'ait pas décortiqué avant de le servir...comme Lena qui a même eu droit à la queue du cochon. Voyez plutôt :



sevilla


J'ai hâte de voir ce que me réservera la formation au retour en Belgique... Peut être reverrais-je même Catherine, une autre volontaire belge, qui termine son projet un peu avant moi.

17:06 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sve, rencontres, fiesta, formations, photo |  Facebook |

vendredi, 08 août 2008

Factures, factures

Depuis hier, je suis chargée de remplir un document excell concernant les factures de Coopera pour l'Olympiade d'Etude Solidaire. Faut dire que c'est un projet subventionné par l'Union Européenne sur trois ans et qu'en trois ans Coopera doit l'étendre à un max de pays dans l'Union (pr le moment : Espagne, Belgique, Italie, Allemagne, Pologne, Slovénie, Lituanie, Suède et pe la France ainsi que hors Europe la Côte d'Ivoire, le Bénin et le Brésil). Et donc, je remplis les petites cases pour justifier les budgets octroyés par l'Union Européenne. Pas fun fun mais bon faut le faire. Et puis, l'Olympiade, c'est un projet super motivant (je prendrai un peu de temps plus tard pour vous l'expliquer en long et en large mais là les factures me réclament Bouche cousue ).

 

Bon, je l'avoue, ma journée n'est pas si dure qd même : aujourd'hui on termine une heure plus tôt (14H) pr le petit diner pr mon anniv' ! Sourire

13:29 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

mardi, 22 juillet 2008

C'est quoi le Service Volontaire Européen ?

(Refrain hyper connu lol)


Le SVE (Service Volontaire Européen) est un programme de volontariat développé par la Commission européenne (UE), pour favoriser l’échange et la rencontre des jeunes de 18 à 30 ans du continent. Une base de données reprend l'ensemble des projets accrédités pour lesquels le jeune peut postuler et ceux-ci couvrent un large spectre d'activités : environnement; jeunesse; arts et cultures; interculturalité; personnes agées, handicapées, défavorisées; sports et loisirs; développement (rural ou urbain); santé; éducation; information; conscientisation européenne, etc. Ces projets se déroulent soit dans un des 27 pays de l'Union Européenne, soit en Bulgarie, Islande, Norvège, Lichtenstien ou Turquie, soit encore dans un pays tiers, c'est-à-dire en dehors de l'Europe. La durée d’un SVE varie 6 mois à un an.


EEEEEt le plus important : AUCUN frais pour le volontaire ! Transports, logements, formation pré-départ, formation à l'arrivée, formation intermédiaire, nourriture, un peu d'argent de poche, cours de langues, TOUT est pris en charge !


Personnellement, moi qui le vit depuis 4 mois, je souhaite à tout un chacun de pouvoir vivre cette expérience ! En plus de l'expérience professionelle que l'on peut acquérir à travers le SVE, c'est aussi une formidable aventure humaine.

13:34 Écrit par mariposa dans SVE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sve, infos |  Facebook |