vendredi, 11 septembre 2009

Friends or friends ?

Depuis mon Service Volontaire Européen, je pense pouvoir dire que j'ai perdu un certain nombre d'amis. Pas uniquement la faute à ce fort éloignement géographique, le mouvement était déjà en marche suite à ma décision de faire ma spécialisation en Gestion du Développement dans une autre université et une autre ville que ma Licence en Sciences Po. Mais il est sûr que ces 9 mois en Espagne n'ont sans doute fait qu'exacerber le processus. Et pourtant, de mon côté, j'envoyais environ une fois par mois un mail collectif racontant ma vie là-bas. Et bien sur la bonne vingtaine-trentaine de destinataires, je ne recevais que maximum 3 réponses par mail envoyé, la famille et les amis très proches exclus. C'est vrai que de ma part, je n'ai pas particulièrement cherché à renouer plus avant les liens. Un sms à Noel et au Nouvel An, quelques comment sur un wall facebook, un petit mot pour un anniversaire.


Il faut dire aussi que depuis lors, un fossé, peut-être imaginaire de ma part, s'est creusé. Les uns et les autres se sont installés "loin" (oui, tout est relatif), Bruxelles, Liège ou Tournai, entre autres. Que beaucoup ont un boulot, un appart avec le copain-la copine, un permis de conduire, une voiture... Situation qui nécessite des changements de comportements, d'attitude, alors que moi je suis toujours entre la fin de la vie étudiante (et les stages et autres expériences à l'étranger) et l'entrée dans la vie active stable. Et que donc nos préoccupations divergent... Cela n'empêche pas une relation d'amitié of course, mais ça peut être des petites choses qui facilitent l'éloignement...


Alors, oui, je pourrais reprendre contact avec tous ces (anciens ?) amis, retisser ces liens. Mais le contact, c'est eux qui l'ont rompu ou, pour d'autres, nous l'avons sans doute mutuellement laissé s'atténuer... Je ne les efface pas pour autant de ma mémoire et si un jour je reçois un coup de fil me demandant de les aider, je le ferai sans doute de bon coeur. Je suis juste un peu triste que ces histoires d'amitié s'arrêtent là. Comme ça. Mais c'est aussi ça, grandir.

17:15 Écrit par mariposa dans Mariposa philosophe | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : friends, philosophe |  Facebook |

Commentaires

C'est la vie qui veut ça je m'en suis rendue compte aussi quand je me suis mariée tous mes amis étaient encore étudiants et pas du tout dans le trip du mariage donc forcément on avait pas les mêmes préoccupations mais la vraie amitié surmonte tout ça et ce qui compte c'est la qualité mais la quantité ;)

Écrit par : lili | samedi, 12 septembre 2009

Et oui, c'est la vie ! On s'éloigne, souvent sans vraiment le vouloir ! Ou parfois sur un malentendu... J'en fais même les frais actuellement car cette "amie" n'a pas su voir ce qu'il se passait dans ma vie ! C'est dommage...

Écrit par : missash | dimanche, 13 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.