dimanche, 23 août 2009

Life is a game

M'est venue à l'esprit hier une jolie métaphore sur ma vie en ce moment. Enfin, jolie, je ne sais pas. Mais qui réveille des souvenirs.


L'impression d'être dans un moment de ma vie où je ne sais pas encore quelle sera la prochaine étape. Un job ? Ce stage en Espagne ? Et c'est bêtement les événements qui décideront... Si je décroche un job avant la date prévue pour le stage, hop, adieu les projets de stage et Madrid. Peut-être Juan aussi.


C'est un peu comme une partie de labyrinthus. Vous savez, ce jeu de plateau où l'on doit atteindre un maximum d'objets, de trésors avant les autres. Et où à chaque tour le plateau change. Vous pouvez être à une case de votre but et hop, lorsque c'est à nouveau votre tour, votre objectif se trouve à l'autre bout du plateau ou un mur s'est subitement dressé entre vous. C'est un peu ce que je ressens actuellement. Des objectifs, des buts à atteindre, des espoirs... mais je ne sais pas ce que j'atteindrai en premier. Je ne sais pas comment. Je ne sais pas par où.


Peu importe le chemin, les obstacles, les demi-tours et les racatours (si quelqu'un a une idée de l'orthographe de ce belgicisme, faites moi signe) j'y arriverai. Et tant pis si la route est longue et difficile. Et tant pis si je change d'avis, de cap, de direction en cours de route. Le tout c'est d'arriver. Là où je le souhaite.

20:20 Écrit par mariposa dans Mariposa philosophe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vie, philosophe |  Facebook |

Commentaires

je ne connaissais même pas ce belgicisme ;-).
les murs finissent toujours par tomber, patience.

Écrit par : annick | lundi, 24 août 2009

Les commentaires sont fermés.